Accueil story Chapitre 1 – La situation (part1)

Chapitre 1 – La situation (part1)

1
0
112

Numérisation_20181122

Devenir entrepreneur.

Quelle idée?! 

Il y a un an et demi, mon copain perdait son emploi. Licenciement économique, il bénéficie des Allocations de Retour à l’Emploi pendant deux ans s’il veut créer son entreprise. C’est le moment ou jamais.
De son côté, il a toujours voulu être son propre patron. Pour ma part, l’idée me plaisait quand j’étais plus jeune, mais j’avais laissé tombé cette utopie en me rendant compte de la difficulté de mon domaine d’activité.

Quand il s’est retrouvé à travailler à temps plein sur son projet, je me suis dit que ce serait bien de me lancer avec lui. A deux, c’est mieux.

C’est le début de la grande aventure : nous décidons de devenir entrepreneur.

Pendant que je garde mon travail en CDI à temps plein, lui fait le gros du travail : formations, prévisionnel financier, recherches du local, de fournisseurs, rendez-vous administratifs et bancaires….
La création d’entreprise est loin (très loin) d’être un long fleuve tranquille…

Nous travaillons en binôme sur le montage du dossier : le Business Plan est prêt, c’est avec un dossier quasiment ficelé que nous commençons les visites.

Premier crush sur un local au mois de Juillet 2017 : malheureusement nous devons le laisser tomber car il se trouve dans une contexture trop compliquée (changement de destination à faire, difficultés entre les copropriétaires…)
Nous ne restons pas bloqués et continuons les visites. Nous les enchainons sans rien trouver de convaincant, jusqu’au mois d’Octobre où nous tombons enfin sur un petit local d’environ 30m², dans notre budget et dans le secteur géographique qui nous intéresse.
Après avoir rencontré le propriétaire du fond de commerce et le propriétaire des murs, nous faisons une offre d’achat qui est acceptée. Chouette! Nous devons donc  lancer les demandes de financement. Passage en comité devant Initiative France, notre demande de prêt d’honneur est acceptée, nous sommes donc quasiment certains d’avoir le prêt bancaire. Reste les documents administratifs à obtenir… Après plus de deux mois d’attente… Nous recevons un retour négatif de la mairie. Nous devons donc tout abandonner sur ce secteur et espérer trouver un autre local qui entre dans notre budget et sur lequel nous avons plus de chance d’avoir l’autorisation de la mairie. Nous baissons un peu les bras, nous qui nous croyions si près du but…

Quelques jours après cette mauvaise nouvelle, on nous rappelle pour nous reproposer le 1er local (celui pour lequel nous avions eu un crush 6mois plus tôt). En nous annonçant que la situation s’était décantée et qu’il était maintenant facilement disponible pour répondre à nos besoins. Le truc auquel on ne s’attendait pas du tout!
Nous organisons rapidement une nouvelle visite et aucun doute, c’est bien celui-ci qu’il nous faut. Entre-temps, bonne nouvelle, le prix à presque diminué de moitié… Nous faisons directement une offre d’achat qui est acceptée.

Mais les galères ne s’arrêtent pas là. Nous attendons plus de deux mois à nouveau, afin de réunir les documents nécessaires pour candidater une seconde fois au prêt d’honneur. Nous devons repasser devant le comité d’Initiative France.
C’est assez confiant que nous nous rendons à la soutenance de notre projet, sachant que le prêt avait été accordé lors du premier passage, sur un local 3fois plus petit, presque 3fois moins rentable…

C’est à ce moment là que je me suis pris la pire claque de ma vie.

Sans qu’on s’y attende, nous nous sommes vu refuser le prêt d’honneur, car les membres du jury ont trouvé ce local trop grand pour une première affaire. Et là, c’était un peu la cata. On s’imagine tout de suite que personne ne nous laissera jamais notre chance, que l’on ne pourra jamais se lancer car nous n’avons pas assez d’apport personnel. Alors qu’on est tellement plus avancé sur ce local que sur l’ancien. Projet de bail, compromis de vente signé, société créée et tous les frais qui vont avec…

J’ai vécu la semaine qui suivait comme la plus grosse défaite que je n’ai jamais connue. Et puis, on s’est tous les deux redonné espoir, on s’est remotivés l’un l’autre, c’était dur mais on s’est dit que si on en était là, c’est pas pour rien. Qu’on croit à notre projet et que si c’est pas pour maintenant ce sera pour plus tard. Mais que surtout, il ne faut jamais laisser tomber. Il y a toujours des solutions même si ce ne sont pas les chemins les plus faciles à emprunter, même si la route est peut-être plus longue, l’important c’est la destination.

L’important c’est de garder notre rêve en tête et de ne jamais se laisser abattre.

  • Qui suis-je?

    Tout d’abord, je vais vous raconter un peu qui je suis et ce qui m’amène là. J’ai 24ans et…
  • Chapitre 14 – Entreprendre à tout prix

    Ce parcours d’entrepreneur est un combat incessant. On se prend des coups mais on se…
  • Chapitre 13 – Ecouter son corps

    Au moment ou tout semblait aller bien dans ma vie : situation professionnelle idéale, rela…
  • Chapitre 12 – Remise en question

    C’est actuellement un million de questions qui tournent à l’unisson, dans ma t…
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans story

Un commentaire

  1. Bridget

    7 mai 2018 à 00:42

    Très belle pensée sur la motivation et réaliser ce qui nous tient à cœur

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Chapitre 9 – Ne pas regretter

Je suis une fille pleine de regrets. J’ai regretté ne pas avoir embrassé, et parfois…